La correction des eaux du Jura : contexte géologique et historique
     
Pendant la dernière glaciation, le Plateau était entièrement recouvert par des glaciers. Le glacier du Rhône s'étendait vers l'est jusqu'à Soleure. Lors du retrait glaciaire, sa moraine latérale a barré les eaux, formant le lac de Soleure, long de 100 km. Le niveau de ce lac se situait vers 480 m s. m., c'est-à-dire environ 50 m plus haut que les trois lacs actuels.
     
 

Au fil des millénaires, les alluvions ont partiellement remblayé ce lac, et l'érosion du barrage morainique a abaissé son exutoire. Le niveau d'eau du lac s'est ainsi abaissé, et il en reste aujourd'hui les trois lacs du pied du Jura.

Mais l'eau et la terre étaient encore intimement liés et formaient un paysage marécageux. La colonisation de cette région était difficile. Plusieurs habitats préhistoriques ont été détruits par des inondations.

     
Depuis le XIVe siècle, plusieurs chroniqueurs ont décrit des hautes eaux et des inondations catastrophiques. Celles-ci étaient liées aux cônes d'alluvions de l'Aar et de l'Emme, qui entravaient l'écoulement des eaux du lac de Bienne. La malaria et la pauvreté régnaient dans cette région, et la mortalité y était très élevée.
     
Qu'entreprit-on pour y remédier ?